Consultation publique

Consultation publique

La consultation publique sur le PPBE de Nantes-Atlantique continue jusqu’au 29 juin 2021. Il est encore temps d’y participer : PPBE et consultation publique 

JM – Nantes
Je suis propriétaire d’une maison à Nantes proche de l’Erdre, et ai lu les informations du PPBE qu’on a bien voulu porter à ma connaissance. 
1. à aucun moment il n’est fait mention d’un changement du couloir aérien actuel. 
2. je m’oppose formellement à ce changement qui provoquerait le survol de ma maison par des aéronefs, ce qui n’est pas le cas actuellement avec le couloir actuel. 
3. je trouve largement insuffisantes les mesures annoncées, qui n’intègrent pas les remarques faites par les élus et les associations. 
4. si ce changement de couloir devait avoir lieu malgré les oppositions formelles de la population, je demande une indemnité pour nuisances et perte de valeur de mes biens, de 100 000 € minimum. Indemnité que je demanderai à titre amiable, sauf à ce que je sois contraint de porter l’affaire en justice. 
5. je compte informer la population de mon voisinage qui ne semble pas avoir été mise au courant comme il se doit. 
 
DA – Nantes
Perseverare diabolicum
L’histoire des renoncements laisse l’aéroport historique de Nantes dans son périmètre urbain avec pour particularité unique de survoler la métropole diamétralement pour 50% des atterrissages. Une situation encore aggravée avec la nécessité de se remettre dans l’axe de la piste, information dont le public n’a pas connaissance.
Avec les trafics envisagés cela va créer à certains moments sur le centre historique, commercial et résidentiel des trains de survol à basse altitude avec des nuisances inacceptables qui condamneront immanquablement ces secteurs essentiels au cœur de la ville.
Sans parler du risque accidentel avéré, l’ensemble des nocivités liées à cet assujettissement sur des zones densément peuplées va déterminer une opposition générale légitime qui rend à l’évidence le projet non viable à moyenne échéance.
Il apparaît indispensable de :
– prendre en compte les demandes des élus, représentation démocratique
du pays.
– envisager dès maintenant la recherche pour un aéroport du Grand Ouest, outil essentiel à son désenclavement pour son développement économique
et à l’aménagement aérien du territoire.
 
CT – Rezé
Aéroport de Nantes
Après m’avoir demandé mon avis par voie référendaire sur la nécessité, ou pas, de déplacer l’aéroport de Nantes, l’État n’a pas tenu compte de mon avis favorable, et largement partagé, pour ce
transfert.
Le même État, après s’être couché devant des terroristes ennemis de la démocratie, me demande si je suis d’accord pour subir le bruit des avions à l’avenir. En dehors d’un avis négatif, quelle autre réponse
pourrait-être obtenue ? Pas plus que tous les nantais, je ne suis pas idiot, et encore moins masochiste !
Le bruit des avions, du point de vue de l’OMS est une atteinte grave à la santé des populations, et c’est l’État français, par principe protecteur de ses citoyens, qui les condamne à la dégradation de leur santé …
 
JPB – Bouguenais
 Déplacement impératif de l’aéroport NA
J’habite à Bouguenais/Les Couëts depuis 1981 et ces dernières années ont été infernales en particulier en termes de nuisances sonores.
J’ai un petit fils qui ne voulait plus venir nous voir par peur des avions.
Il avait été traumatisé en voyant et en entendant un avion très bas au dessus de notre terrasse.
Trop d’habitants souffrent des nuisances de cet aéroport et il faut absolument envisager son déplacement à moyen terme. De plus, je ne comprends pas pourquoi, seules les habitations depuis 2010 bénéficient d’aides et pas les autres.
 
JG – Bouguenais
Opposition FORMELLE à l’aménagement de l’aéroport, à l’augmentation du trafic qui engendrerait inévitablement des nuisances sonores considérables pour tous les riverains de Nantes et de sa Métropole.
Déjà, certains quartiers de la ville de Nantes sont survolés à basse altitude, c’est inadmissible. Faut-il attendre une catastrophe aérienne pour qu’enfin l’Etat revienne à la raison et prenne les mesures qui s’imposent pour protéger les populations ?
Pourquoi, l’Etat s’entête-t-il à ne pas vouloir développer les aéroports limitrophes, qui pour certains ne demandent que cela (Rennes, Angers…), afin de répartir le trafic ? Sans doute, que ces têtes pensantes n’ont jamais été exposées à ces nuisances et ne veulent surtout pas savoir…
Enfin, il faut penser à préserver notre richesse environnementale (Lac de Grand Lieu et autres sites dont nous sommes fiers), notre santé et surtout celle de nos enfants.
Le bruit a des effets tellement néfastes sur notre santé. Les spécialistes s’accordent à dire qu’il peut perturber le sommeil, provoquer des pathologies cardiaques, j’en passe et des meilleures.
OÙ EST LA CONSIDÉRATION DE L’HUMAIN DANS TOUT CELA !
MESSIEURS LES REPRÉSENTANTS DE L’ETAT RETOURNEZ À VOTRE DOSSIER AÉROPORT DE NANTES ATLANTIQUE QUE VOUS AVEZ SUREMENT « SURVOLE » SANS MAUVAIS JEU DE MOTS !
 
OS –  Bouguenais
PPBE Nantes Atlantique
Bonjour, vos solutions pour réduire les nuisances sonores avec 11 millions de passagers à terme ne pourront être tenues. Ce qui n’est pas pris en compte aussi pour les Nantais ce sont les particules fines, émises par l’aérien,  qui TUENT à petit feu. Vous n’apportez aucune solution. Nous ne pouvons pas nous soumettre à la décision du gouvernement qui va sacrifier des populations complètes (Nantes, Rezé, Bouguenais, Saint Aignan, …) qui sont respectueuses de la démocratie contrairement aux casseurs.
Nous avons déjà été consultés et le gouvernement n’a pas tenu compte de notre avis.
Donc, c’est NON NON NON pour votre PPBE et vos prévisions de travaux.
La lutte ne fait que commencer.
 
DC – Bouguenais
D’abord, il y a les recommandations de notre représentation démocratique, élus de tous bords confondus, dont le gouvernement n’a pas tenu compte. Ensuite nous avons déjà répondu à un référendum, nous avons déjà répondu à plusieurs consultations et le gouvernement n’en a jamais tenu compte. Alors à quoi bon participer à une nouvelle consultation. Nous faire croire que, cette fois ci, l’état va nous écouter, c’est nous prendre pour des idiots ! Plus de 50 % des atterrissages vont survoler (à basse altitude) le centre historique, commercial et résidentiel avec des nuisances reconnues et inacceptables.
Sans parler du risque d’accidents. Il faut arrêter tous ces bavardages inutiles. Dire que « les avis sont partagés » est ridicule, nous ne partageons absolument pas l’avis de l’Etat. Quand va-t-on enfin retrouver la raison, les valeurs de la démocratie, et envisager de construire un aéroport moderne et écologique pour le Grand Ouest ?
 
NF – Bouguenais
Un PPBE bâclé et sans ambition – Protégeons vraiment
Les petites mesures jetées dans le PPBE ne permettront pas de protéger les populations survolées contre les nuisances aériennes. Il est irraisonnable et irresponsable au niveau de la sécurité, de la santé et de la qualité de vie de maintenir le survol des populations. Comment dire que l’on va limiter les nuisances et en même temps avoir un objectif à 11, voire 15 millions de passagers.
J’habite Bouguenais et avec le peu d’ambition du PPBE, le quartier des Couëts va devenir le «Goussainville» de l’Ouest. On va délocaliser les établissements publics et abandonner la population sous les avions.
Le transfert a été déclaré d’utilité publique et une consultation des habitants du 44 en a confirmé la légitimité démocratique. En renonçant au transfert de l’aéroport, le gouvernement a trahi les électeurs. Il avait promis la répartition des vols avec d’autres aéroports, il avait promis des compensations exemplaires et trois ans plus tard, on constate évidemment que les riverains sont négligés et que le compte n’y est pas. Rien que sur le droit au délaissement et l’aide à la revente, comment peut on proposer des critères d’éligibilité si restrictifs. Pour la date d’achat, le critère d’antériorité est profondément inéquitable pour les habitants installés avant 2011 qui ont vécu l’augmentation exponentielle des nuisances. Aussi, la durée d’application des mesures doit couvrir toute la durée du PPBE. Concernant la double approche, je suis totalement contre cette idée. La double approche est une singularité qui complexifie les procédures et donc est potentiellement source d’incident/accident. L’approche désaxée ne garantit pas une sécurité maximale, elle a été imposée en 1989 alors que le trafic était faible et qu’un transfert était à l’étude.
C’est d’autant plus insensé qu’on construit aujourd’hui à tout va sous cet axe : prairie au duc, république, ZAC des iles et aussi futur CHU. Il faut, comme dans tous les grands aéroports, une descente guidée et sécurisée et donc abandonner l’approche actuelle. SECURITE FIRST !!!!
Et le mieux c’est que cette approche ILS ne traverse pas d’est en ouest une grande métropole française.
 

D'un clic, rejoignez-nous !

Pour dénoncer le projet d'aéroport urbain, rejoignez le COCETA.