Articles

Aude Amadou #lrem face à la colère des riverains

Aude Amadou #lrem face à la colère des riverains

 

Réunion publique de Aude Amadou, députée LREM, le 28 juin 2018, à SaintAignan de Grand Lieu.

6 mois après le déni de démocratie du 17 janvier 2018, pourquoi les riverains de l’aéroport  ne décolèrent pas ?

Aude Amadou, députée LREM et Jean-Claude Lemasson, maire Saint-Aignan de Grand Lieu, expriment leur opposition au rallongement de la piste annoncé par le gouvernement.

Aude Amadou vient à Saint-Aignan de Grand Lieu exposer sa position sur les aménagements de l’aéroport :

Jean-Claude Lemasson, cite la règle des 3P et demande des actions concrètes et immédiates sur les écoles pour protéger les enfants du bruit des avions :

Les élus de Bouaye refusent tout aménagement de piste – Pas de plan B !

Jacques Gillaizeau, vice-président de Nantes-Métropole ne décolère pas, « NA, en-deçà du point zéro » :

 

Les riverains expriment leur colère :

Protocole sonomètre dans les habitations

Protocole sonomètre dans les habitations

Impact sur votre santé

Mesurez le bruit des avions chez vous

42 décibels sur l’oreiller, 50 décibels en classe, 65 décibels en extérieur
Au-delà des seuils, l’exposition répétée altère votre SANTÉ.

Vérifiez-le par vous-même, téléchargez une application sonomètre gratuite !
Voici le protocole COCETA de mesure du bruit. Protocole décibels chez moi

Le COCETA a communiqué à la presse début juin sur cette campagne de mesure autour de Nantes Atlantique. Communiqué de presse du 04 juin 2018
Merci de relayer l’information autour de vous.

Vous pouvez participer en nous transmettant à l’adresse mail du COCETA un tableau de mesures de bruit maximal au passage des avions . Tableau de relevés sonores
Il faut bien nous préciser votre adresse pour la compilation des mesures et leur localisation par rapport au Plan de Gêne Sonore de l’aéroport.

Témoignages

Témoignages

Bernard AUZAC – 82 Montauban

Bien que très loin de votre région (Montauban 82), je ne peux que compatir avec vous sur la trahison du gouvernement sur NDDL.

A 200% de votre avis sur ce projet.

J’ajoute le mien bien qu’étant un non spécialiste:

Le transfert était le seul projet viable: la zone humide y est très réduite et n’a rien avoir avec celle du lac de Grand Lieu, et puis de toutes façons elle était programmée. Nous avons accueilli chez nous un agriculteur qui a déjà été indemnisé dans notre région, où il a repris une ferme.

Quid du lac de Grand Lieu, plus grande réserve naturelle de l’Europe de Ouest avec un agrandissement des pistes et un accroissement inéluctable des nuisances sonores ?C’est à croire que les écolos sont aveugles, ou bien ont des œillères.

J’en termine  et il aurait fallu commencer par cela : le désarroi des personnes qui habitent dans la partie jouxtant le lac : quel gâchis.

Ainsi donc, pour quelques grenouilles et crapauds à Notre dame des Landes, on va entrainer des dégâts irréversibles. Oui NDDL était la seule option.

Et que dire aussi des dizaines de chevelus, marginaux de tout genre, étrangers à la région pour la plupart, qui ne connaissent rien de rien et devant lesquels l’Etat s’est rabaissé.

 

 

Marcel SAOS  –

De tout cœur avec vous, où est la démocratie ? vous avez raison il faut être hors la loi pour avoir raison,  à suivre … nous sommes scandalisé, nous avons atterri à Nantes pour voir que l’on passe près des habitations.

 

Stéphanie HOUGARD – 44 Saint André des Eaux

Nous sommes très en colère par rapport à la décision du gouvernement et à ce qui nous attend, puisque non seulement nous n’avons pas d’aéroport malgré notre vote mais en plus j’entends ce matin que ces « terroristes » de la ZAD ne comptent pas partir. Nous nous sentons trompés et nous allons envoyer à l’Elysée nos cartes d’électeurs. Je trouve très grave ce qui s’est passé hier pour la démocratie, pour notre avenir et celui de nos enfants. Je pense que nous devons, la Loire Atlantique réagir ! Nous vivons ici en ayant acheté un terrain, nous avons fait des prêts, nous travaillons, nous entreprenons (je suis responsable d’une entreprise), nous payons tout (taxes, impôts, écoles ….) et aujourd’hui on donne raison à ces gens qui cultivent on ne sait quoi, détruisent routes, infrastructures, agressent, coupent des routes, trafiquent, ne paient aucune charge …. Je suis écœurée et je me tourne vers vous politiciens que vous soyez de droite ou de gauche pour qu’ensemble nous réagissions, je ne peux pas supporter qu’on rester là sans rien faire!

Merci de votre attention.

 

Françoise CROGUENNEC AUBIN – 76 Le Havre

En temps qu’ancienne habitante de ST AIGNAN, je me sens particulièrement concernée par l’avenir de notre région, de ST AIGNAN DE GRAND LIEU et du lac de GRAND LIEU.

 

 

Dominique GEFFARD – 44 Bouaye

Suite aux derniers événements de l’annonce NDDL,et devant l’horreur de l’annonce d’EDOUARD PHILIPPE,devant ce dénie de démocratie,donner raisons à une minorité violente. Je ne peux pas rester devant ce genre de situation sans bouger.

 

Le gouvernement a donné raison à des gens qui ne protègent pas la nature, ne protègent pas un lac classé, des gens qui ont condamné nos enfants par le bruit et la pollution………….non ce n’est pas possible !

Je veux bien être adhérent actif à votre association je suis de Bouaye mais aussi de SAINT AIGNAN DE GRAND LIEU……..

 

Jean-François PAITEL – 44 Nantes

Nous sommes un couple de Nantais qui souhaitons brûler en public devant la Mairie de Saint-Aignan, face aux médias samedi prochain, nos cartes d’électeurs par solidarité avec vous.
L’envoi à l’Elysée nous semble trop discret.
Il faut du spectaculaire !!!
Nous passerons peut-être pour de mauvais perdants… Notre démarche sera considérée comme trop symbolique, et l’on sait combien aujourd’hui le symbolique ne fait pas le buzz !!!
Qu’importe il faut s’exprimer

 

 

Jacques PITIOT – 44 Pornic

J’ai appris comme beaucoup de monde cette décision stupide de stopper le projet; je compte rendre ma carte d’électeur en signe de protestation car je me sens doublement floué; depuis 40 ans je participe a la tenue d’un bureau de vote et cesserait maintenant cet engagement.

A plusieurs sur PORNIC nous sommes prêt à le faire, et pensons la renvoyer a notre Mairie de domicile et alerter le député de notre secteur.

Pour ce geste peut être symbolique en étant plus nombreux l’impact sera plus important.

 

Martine DONET –  49 Le Puiset Doré

Je ne pourrais me rendre à la manifestation samedi matin, mais sachez que je soutiens votre initiative et toutes celles qui suivront.

Devant le peu de considération vis-à-vis des électeurs, devant le déni de toute démocratie, devant  ce snobisme affiché vis-à-vis des élus de notre métropole, je ne peux que renvoyer ma carte d’électeur. Je souhaitais le faire en l’adressant à l’Elysée, mais je pense que le fait de regrouper les cartes comme vous le préconisez sera plus fort et plus symbolique.

C’est pourquoi, je me propose de vous l’adresser.

Pour l’anecdote, mon mari est âgé de 68 ans, il est né et a vécu une partie de sa jeunesse à La Paquelais, il se souvient qu’étant scolarisé en maternelle et primaire, il se rendait avec le mari de son enseignante défricher cette fameuse ZAD pour pouvoir jouer au football. Déjà, à cette époque, les terrains étaient abandonnés dans le but de l’aéroport, donc voilà déjà 60 ans, les « locaux » étaient préparés à cet aménagement.

De tout cœur avec vous, soyez assurés de mon soutien.

 

Elisa  – 11 ans –  44 Saint-Aignan de Grand Lieu – (elle a écrite seule ce mot manuscrit, remis au cabinet de la ministre des Transports, le samedi 27 janvier 2018)

« Bonjour Madame la Ministre . J’ai appris à l’école la démocratie et l’importance du droit de vote. Les personnes ont voté OUI pour que l’aéroport aille à NOtre dame des Landes et vous avez pas respecté le vote. Ça veut dire que quand je serais grande et que j’irais voté vous ne respecterez pas la majorité. ELISA 11 ans j’habite à St Aignan et je signe aussi pour mon petit frère de 8 mois et mon grand frère de 13 ans.  »

 

Tony C.  –  44 Saint-Aignan de Grand Lieu

Monsieur le Président de la République,

pour n’avoir pas respecté le vote démocratique,

pour n’avoir pas écouté les décisions juridiques,

pour n’avoir pas considéré les 70 000 habitants victimes de nuisances sonores,

pour avoir oublié écologiquement la zone NATURA 2000, la loi Littoral, notre réserve ornithologique du Lac de Grand Lieu

pour avoir cédé face à la menace violente des zadistes.

pour n’avoir pas pris le risque politique de perdre N. Hulot, trop populaire pour vos électeurs,

je vous remets ma carte électorale qui n’a plus d’utilité aujourd’hui !

 

Reddition de Macron aux preneurs d’otages de la ZAD

Reddition de Macron aux preneurs d’otages de la ZAD

 

Pourquoi Macron a choisi de ne pas faire NOTRE DAME DES LANDES ?

Juin 2017 : Emmanuel Macron, fraîchement élu, demande à être informé sur la situation exacte à Notre Dame Des Landes et recueille l’avis de son premier ministre Edouard Philippe et de son nouveau ministre de la transition écologique Nicolas Hulot.

Sa volonté première est de FAIRE le transfert de l’aéroport, il l’a promis, Edouard Philippe nouveau  premier ministre, ancien élu, le souhaite aussi. Une consultation populaire locale l’a largement confirmé.

Les rapports sur l’expulsion des zadistes font apparaître et confirment ce que les services de police et de gendarmerie ont déjà fait remonter à François Hollande : « risques importants de blessés, voire de morts lors de l’opération ».

S’entourant de proches collaborateurs, le président pose  le dossier et demande « qu’avons-nous à gagner/perdre en évacuant ou pas  » ?

La majorité des Français (non concernés) seraient CONTRE, le projet n’a que trop duré même si les acteurs locaux (élus, entreprises, consultation populaire) sont POUR à la vue des nombreuses études attestant tout le bien économique et structurant pour le Grand Ouest.

En pesant l’influence des POUR et des CONTRE, on s’aperçoit que la violence ne viendra JAMAIS des POUR qui, certes déçus, se calmeront à terme.

Rapidement, la solution d’abandon du projet se profile, mais il faudra une bonne raison et, comme le dit un collaborateur, il faudra faire un coup de billard à 5 bandes pour que l’Etat et la Présidence en sorte «gagnants», même au détriment de l’économie et de la grogne des élus locaux.

 Il faut :

– Créer une situation de doute sur le projet pour l’opinion.

– Un peu de temps (quelques mois) pour préparer la dite opinion par des «messages» pointant l’aménagement de Nantes Atlantique comme «la BONNE solution alternative jamais envisagée».

– Mettre en place une commission qui jettera le doute sans vraiment prendre partie (N.Hulot choisira les médiateurs).

– Annoncer l’abandon comme une victoire de la transparence, de l’écologie, de l’ordre.

– lâcher au concessionnaire des «garanties» pour éviter de dédommager celui-ci.

Le rachat de ADP par Vinci à des conditions avantageuses serait plausible.

 

La Présidence y gagne :

– affaiblissement du reste du parti EELV dont le fer de lance est NDDL.

– affaiblissement du premier parti d’opposition Mélenchon/France Insoumise.

– on pourra évacuer, en TOUTE légitimité, les éventuels «radicaux » qui voudraient rester et qui n’auraient plus aucune légitimité. La population applaudira en très forte majorité.

– démonstration de fermeté : ce gouvernement doit rompre avec le laxisme des précédents

– l’évacuation occultera en partie la décision de l’abandon.

 

Les pertes :

– la Présidence accusera un léger tassement provisoire de cote de popularité à l’annonce de l’abandon (rien de sûr).

– les régions Pays de la Loire et Bretagne resteront enclavées internationalement, des entreprises délocaliseront et ne s’installeront pas sur le bassin Nantais pour celles qui exportent notablement.

– l’aménagement de Nantes-Atlantique coûtera plus cher à l’Etat et le dossier sera repoussé pour un transfert dans les 20 années à venir.

– le traitement des nuisances sera coûteux car la dérogation des 13° pour éviter de survoler le centre-ville sera supprimée, pour les approches en 21 avec ILS (70.000 habitants impactés à terme).

 

 Il apparaît donc évident que l’abandon du projet représente la meilleure solution pour la Présidence.

Notre-Dame-des-Landes : Le tweet de Parisot fait réagir des entrepreneurs nantais

Notre-Dame-des-Landes : Le tweet de Parisot fait réagir des entrepreneurs nantais

INTERVIEW D’ANTOINE DUMOND

Notre-Dame-des-landes

Parisot Laurence, ancienne patronne du Medef, a tweeté que l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes était « plus porté par les élus que par les milieux économiques ». Antoine Dumont, fondateur de l’incubateur Startup Palace à Nantes, réagit à titre personnel. Entretien.

 Antoine Dumont, vous êtes entrepreneur à Startup Palace, pourquoi réagissez-vous au tweet de Laurence Parisot  ?

J’ai vu ce tweet et en tant qu’entrepreneur du territoire, j’ai été piqué par cette réaction de Laurence Parisot. C’est une vision d’une certaine élite parisienne, un regard jacobin du territoire, et une vision faussée de Laurence Parisot. Elle illustre une part de l’opposition entre la vision et la réalité de la part du Medef national et ses antennes locales.

Dans l’Ouest, très nombreux sont ceux qui partagent cette ambition d’un nouvel aéroport pour nos régions. J’ai une réflexion sur les projets économiques du territoire et les entrepreneurs avec qui j’échange sont nombreux à porter une voix pour le transfert de l’aéroport de Nantes Atlantique. C’est une prise de conscience à titre personnel pour ce territoire auquel je contribue en tant qu’entrepreneur.

Quels bénéfices, selon vous, ce transfert peut apporter au territoire?

Toutes les infrastructures, TGV, périphérique…, dont nous bénéficions aujourd’hui, on les doit à des entrepreneurs qui se sont battus, et qui ont été visionnaires. Si on veut donner de l’envergure à notre territoire, voyons plus grand. Il faut chercher à attirer des talents internationaux et il nous faut des infrastructures adaptées à ce rayonnement. Pour l’avenir, nous avons besoin de plus d’échanges, plus d’attractivité, qui apporteront plus d’emplois. On a une chance incroyable en Bretagne et en Pays de la Loire d’avoir une croissance économique et un taux de chômage assez bas. Cet aéroport est pour nos régions un moyen d’accélerer et d’avoir les moyens d’aller plus loin […].

Pour lire l’interview de Ouest France : Notre-Dame-des-Landes Le tweet de Parisot fait réagir des entrepreneurs nantais

Notre-Dame-des-Landes, les partisans du projet manifestent

Notre-Dame-des-Landes, les partisans du projet manifestent

VIDÉO – Quelque 300 riverains se sont rassemblés samedi devant l’aéroport de Nantes, à Bouguenais, pour exiger son «déménagement» à Notre-Dame-des-Landes et faire pression sur le gouvernement.

Aux cris de «Médiation bidon, Hulot démission», «On a voté, transférez l’aéroport», des «riverains en colère», quelque 300 personnes ont manifesté samedi matin devant l’aéroport de Nantes-Atlantique, à Bouguenais. Favorables au projet de transfert de l’activité au nord de la ville, ces riverains, soutenus par des élus et trois associations, exigent le «déménagement» de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

Une manière pour eux d’exprimer, une fois de plus, leurs craintes autour de ce dossier interminable et dont chaque nouvelle étape fait monter d’un cran l’inquiétude.Depuis que le gouvernement a lancé en septembre dernier une mission de médiation pour, selon la feuille de route, «envisager des solutions (…) dans un dialogue apaisé», ces riverains, eux, ne sont plus du tout apaisés. Tous les signaux qui leur sont aujourd’hui adressés orientent, selon eux, le dossier vers la piste du renoncement au projet.

Tous dénoncent la nomination de deux des trois médiateurs, connus pour être, disent-ils, des opposants au projet d’un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes. Tous encore critiquent le travail de ce trio qui cherche surtout, assurent-ils, à justifier l’aménagement de l’actuelle infrastructure nantaise. Et cerise sur le gâteau, cette médiation a fait appel, pour des études complémentaires, à la société Carbone 4 dont les dirigeants, membres de la fondation Hulot, selon eux, sont par ailleurs clairement opposés à la future réalisation. «C’est maintenant qu’il faut se bouger parce qu’on a plus que des doutes sur l’impartialité de la médiation», a souligné samedi matin Joël Sauvaget, porte-parole du Coceta, collectif de citoyens de Saint-Aignan-de-Grandlieu, commune située en bout de piste de l’aéroport nantais. «On se demande si Nicolas Hulot n’influence pas de manière directe cette médiation en faveur du maintien de Nantes-Atlantique», a renchéri Jean-Claude Lemasson, maire de Saint-Aignan, venu également porter la parole des riverains «impactés de manière très forte» par le trafic aérien. […]

Lire l’article du Figaro – « À Nantes, les partisans du projet de Notre-Dame-des-Landes manifestent »

NON À LA VICTOIRE DES ZADISTES SUR LA DÉMOCRATIE

NON À LA VICTOIRE DES ZADISTES SUR LA DÉMOCRATIE

En lançant cette pétition, nous savons que nous mettons nos vies, et celles de notre famille, en danger. Menaces de mort entachées de rouge dans nos boîtes aux lettres, passage à tabac au détour d’une rue par des Zadistes en colère, saccage de nos maisons ou de nos commerces, voilà ce qui nous attend en prenant cette plume virtuelle aujourd’hui.

Mais il n’est plus possible que les Nantais se taisent et que le reste de la France ignore. Il est odieux que les médias continuent de dépeindre ce tableau d’une ZAD idéaliste et bucolique si loin de notre quotidien. Il n’est pas admissible que les journalistes qui ont cherché à dénoncer la situation soient également réduits au silence. Il est impensable que le pouvoir politique cède à cette nouvelle forme de terrorisme écologique. De toute la force de notre révolte, nous voulons faire éclater la vérité et mettre fin à ce que nous pouvons appeler :

NOTRE DRAME DES LANDES

Non les zadistes ne peuvent pas installer la TERREUR À NANTES en toute impunité

Gendarmerie attaquée, voiture de gendarmerie brûlée, routes départementales coupées, vigile roué de coups, juge « caillassé » et contraint de rebrousser chemin, chercheurs molestés, partisans du projet intimidés par des menaces, commerçants vandalisés… plus de 200 faits de violences ont été ainsi recensés par la police sans que l’État ne fasse rétablir l’ordre public et son autorité. La vérité est que, par peur d’un drame comme à Sievens, les forces de l’ordre sont paralysées et Nantes terrorisée.

Non les zadistes ne peuvent pas OCCUPER ILLÉGALEMENT des terres

Des zadistes ouvrant des propriétés expropriées à l’aide de pieds de biche et de tournevis, des agriculteurs qui continuent à occuper la terre alors que leurs parents ont touché le généreux fruit de la vente de leur terre… Les reportages du magazine Enquête Exclusive, où l’on voit les journalistes s’infiltrer dans la ZAD sont édifiants. La vérité est que la ZAD est moins une terre de doux rêveurs qu’une « zone d’anarchie et de délabrement ».

SIGNEZ LA PÉTITION

Non les zadistes ne peuvent pas BAFOUER 178 DÉCISIONS DE JUSTICE ET 55% DE OUI AU RÉFÉRENDUM

Après épuisement de tous les recours en France et en Europe, tous favorables au transfert de l’aéroport actuel vers NDDL, les zadistes s’attendaient à ce que le référendum leur apporte le soutien des populations. Quand le peuple a largement (55%) et avec une participation exceptionnelle (500 000 votants), parlé en faveur du nouvel aéroport, les opposants ont alors décrié la méthode. La vérité est qu’aucun projet d’infrastructure n’a été à ce point étudié, analysé, expertisé et concerté, et de surcroît couronné d’un vote démocratique.

Non les zadistes ne peuvent pas imposer des études sur les hérons et IGNORER LES IMPACTS SANITAIRES POUR NOS ENFANTS du maintien de l’aéroport actuel, déjà saturé.

Des zadistes qui brandissent la menace à l’égard d’une faune et une flore qui seront de toute façon déplacées, qui exigent et obtiennent toutes les études environnementales qu’ils souhaitent. Pendant ce temps, les demandes d’étude épidémiologique pour mesurer l’impact de l’aéroport actuel sur le taux d’hospitalisation des riverains sont restées lettre morte. La population s’inquiète d’un doublement des fréquences d’avions qui survolent le centre-ville, quand en heure de pointe, les engins s’enchaînent déjà toutes les 3 minutes… La vérité est que personne n’ose mesurer l’effet à long terme sur la santé des 80 000 habitants qui vivront à côté de l’actuel aéroport si celui-ci devait être maintenu.

Françaises et Français, aidez-nous à ce que les zadistes ne gagnent pas face à la démocratie.

M. Le Président de la République, M. Nicolas Hulot, faites respecter l’État de droit.

SIGNEZ LA PÉTITION 

Soutenez nos actions, faites un don sur notre cagnotte ! Ces dons serviront à financer les banderoles, flyers et toute autre action en ligne. Pour une transparence totale, nous vous tiendrons informés de ces dépenses.

OUI À NOTRE DAME DES LANDES

OUI À NOTRE DAME DES LANDES

logo
Certains d’entre vous, habitant Saint-Aignan de Grand Lieu ou de passage, avez remarqué que les panneaux d’agglomération et de direction de la commune ont été camouflés à certains moments. Sur ce camouflage, un énigmatique ? était inscrit.
La question posée est : Quel est l’avenir de Saint-Aignan de Grand Lieu si l’aéroport Nantes-Atlantique n’est pas transféré ?

Camouflage NDDL Nantes atlantique Saint-Aignan de Grand Lieu

Comme la couleur du camouflage le laisse penser, l’avenir de la commune sera sombre.
En effet, n’ayons pas peur des mots :
Si l’aéroport de Nantes-Atlantique n’est pas transféré, c’est tout le bourg de la commune qui sera à moyen terme sacrifié et in fine, c’est la mort de la commune qui est programmée.

Ce site web a pour vocation de mettre en lumière que le départ de Nantes-Atlantique est vital pour la survie de la commune. Il se complétera, jusqu’à la consultation du 26 juin, d’informations vous permettant de mieux comprendre les enjeux de ce transfert pour Saint-Aignan de Grand Lieu.

Après une réunion publique le 18 mai, nous avons organisé une manifestation le 4 juin sous la forme d’un exode simulé.

 

Merci  à ceux qui nous ont soutenus en participant à cet exode pacifique à pied, en vélo, en tracteur, en voiture…. :  les habitants de notre commune ainsi que ceux des communes environnantes, les élus quel que soit leur engagement politique, les Ailes pour l’Ouest, l’ACSAN et la presse pour avoir relayé l’information.

 

Rassemblement du 27 juillet 2017 à Bouguenais – Les Couëts

Rassemblement du 27 juillet 2017 à Bouguenais – Les Couëts

Le COCETA a organisé le 27 juillet 2017, un rassemblement place de la Chapelle à Bouguenais – Les Couëts. Une stèle du riverain inconnu a été symboliquement déposé. Deux allocutions ont été prononcé.

Nous sommes ici rassemblés à Bouguenais pour exprimer publiquement les raisons du transfert indispensable de Nantes-Atlantique.

Nous tous, riverains de l’aéroport actuel ne voulons plus entendre parler de PGS- Plan de Gêne Sonore, de PEB- Plan d’Exposition au Bruit, ou autre sigle, ou autre acronyme.

Nous ne supportons plus, au delà du bruit des avions, les polémiques tronquées, erronées, partisanes.

Les avions de cet aéroport enclavé détruisent, petit à petit, nos vies. Le dossier technique, complexe et rebattu, a déshumanisé la réalité, notre vécu de tous les jours.

Que disent les scientifiques impartiaux, que dit la recherche médicale, sur la vie, la qualité de vie, les altérations de la santé, à proximité des aéroports ?

La vie n’est pas saine.
C’est prouvé scientifiquement.
Le dossier est là.

Nous citerons :
L’atmosphère est plus polluée qu’ailleurs. 10% de plus, par le Monoxyde et le Dioxyde de carbone, le Dioxyde de souffre, les poussière d’hydrocarbures, ces nocives microparticules. Ce n’est pas bon à respirer.
Le Crash, exceptionnel, est craint. Il est arrivé, il arrivera. Le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la Sécurité de l’Aviation Civile – le BEA – nous le rappelle et nous met en garde régulièrement. Cette crainte, cette mémoire vivante, reste présente en nous.
Et puis les nombreux effets sur la santé, sournois, toujours agissant, que l’on en ait conscience ou non, qu’on s’en défende ou pas. Ce sont les effets dits extra-acoustiques.

La science nous donne la preuve qu’existent :
. chez les enfants, nos enfants donc, des difficultés scolaires avec des retards d’apprentissage pour la lecture, la mémorisation,
. pour tous, des perturbations du sommeil ou de la nécessaire récupération pour les travailleurs de nuit ou en horaires décalés. Les conséquences sont nombreuses et c’est prouvé. Fatigue du matin, dans la journée, consommation d’anxiolytiques, de sédatifs, de somnifères.
. des perturbations de la vie de tous les jours, là où il y a échanges, comme les réunions festives, de familles ou commémorations officielles etc
. des troubles de l’humeur, avec anxiété et dépression
. une diminution des défenses immunitaires
. de l’hypertension artérielle avec ses nombreuses complications
. une majoration des accidents vasculaires cérébraux
. un plus grand nombre d’infarctus du myocarde

Tout ceci est prouvé pour les aéroports du monde entier,
c’est vrai pour nous, ici, à Nantes-Atlantique, même si les études épidémiologiques demandées le 6 mai 2004 par le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique n’ont pas été réalisées, à notre connaissance.

Le transfert de l’Aéroport est validé pour que l’intérêt général soit préservé. Ainsi, moins de femmes, d’hommes et d’enfants seront soumis aux effets néfastes des aéronefs, l’amélioration de la Santé publique s’améliorera, les finances publiques aussi.

L’Etat, porteur du projet, sait pourquoi il faut ce transfert
L’Etat nous protège de ces atteintes sur notre santé,
L’Etat ne nous abandonne pas.

Nous disons haut et fort, à l’Etat « Ma vie, J’y tiens ! »

Au nom des habitants de Saint-Aignan de Grand Lieu et de Bouguenais,
et au-delà, au nom des 270 000 électeurs de Loire-Atlantique favorables au transfert en juin 2016 (55% de oui au transfert avec 51% de participation), nous honorons la mémoire de ceux et celles qui ont subi et subiront, le temps du transfert, les nuisances de Nantes-Atlantique.
Cette cérémonie au pied de la stèle du Riverain inconnu, est porteuse d’espoir.
Nous espérons, nous riverains, du Sud comme du Nord, une vie et un avenir meilleurs.
Les médiateurs reçus le 14 juin nous ont témoigné la plus grande disponibilité et attention.
Nous nous savons soutenus par nos élus. Maires, Conseillers départementaux et régionaux, Député(e)s, Sénateurs.
Aude AMADOU, notre députée, en ce moment précis, défend le transfert auprès des Médiateurs.
Vous Elus, connaissez les réalités concrètes du survol de nos lieux de vie et les motifs scientifiques argumentés de notre mal-être. C’est la réalité.
Le développement aérien doit rester source de développement, de vie, de bien-être.
Ce n’est plus le cas ici, comme nous le savons à Saint-Aignan de Grand Lieu, à Bouguenais, à Rezé et à Nantes.
La solution existe, c’est poursuivre le transfert, construire l’Aéroport du Grand Ouest.
Il faut minimiser de suite les risques, les maîtriser et accompagner les populations vivant à proximité des aéroports.
Offrons aussi et surtout, à nos enfants un avenir durable et serein.
On ne pourra jamais dire « Nous ne savions pas ».
La loi bafouée, les décisions non exécutées, empêchent la mise en sécurité des populations, leur maintien en « bonne santé ».
Tout cela nous plonge dans un désespérant sentiment d’abandon.
Nous avons, aujourd’hui, décidé de sortir du silence.

Rassemblement du 26 juin 2017 – Quand la démocratie part en fumée

Rassemblement du 26 juin 2017 – Quand la démocratie part en fumée

Le rassemblement du 26 juin 2017 a réuni plus de 150 personnes, Place Millénia, à Saint-Aignan de Grand Lieu.
Objectif : marquer l’anniversaire du référendum du 26 juin 2016 qui avait donné 55% pour le OUI au transfert avec une participation de 51%, nettement supérieure à celle des législatives de 2017 !
Dans l’assistance, beaucoup d’Aignanais bien sûr, mais aussi des habitants des communes voisines et même de Notre-Dame-des-Landes ! Avec une forte représentation des Ailes pour l’Ouest. Plusieurs journalistes de la presse écrite étaient présents pour relayer l’événement.
Quelques points forts :
– Les baies vitrées de la mairie ont été occultées de noir pendant la séance du conseil municipal, pour rappeler ‘Saint-Aignan ville morte » du 4 juin 2016 avec rappel des engagements et les 3 OUI obtenus : Référendum, Europe, Justice.
– Cartes électorales jetées au feu, car devenues inutiles, puisque le vote n’a pas été respecté.

Les organisateurs ont demandé au maire, Jean-Claude Lemasson, et aux conseillers municipaux en réunion de venir rejoindre le rassemblement extérieur.
Le maire a pris la parole pour faire un point sur ses entrevues avec le Premier Ministre et les trois médiateurs qui se sont déplacés à Saint-Aignan le 14/6/2017.

Chez Edouard Philippe :
– EP : dissocier l’évacuation de la ZAD du transfert. Dans tous les cas, la ZAD sera évacuée.
– Présentation de la particularité de Saint-Aignan : 90 % d’exposition au bruit.
– Ecoute intéressante et propos sincères du PM.
– Nécessité de bien accueillir les médiateurs et de ne pas laisser la chaise vide.
– Des écologistes soutiennent aussi le transfert.

Avec les médiateurs :
– M. Badré, G. Feldzer et A. Boquet ont découvert la commune survolée de Saint-Aignan.
– Impact du bruit présenté par le Coceta : problèmes de santé pour les habitants , retard à l’école, …
– La biodiversité est au moins aussi grande sur le lac et en bout de piste qu’à NDDL.
– Les médiateurs vont organiser des confrontations d’idées et d’experts cet été.
– Le maire a expliqué que les pistes ne peuvent être étendues coté Saint-Aignan (Ramsar, Natura 2000).
– Ils ont bien compris qu’il y aurait des difficultés majeures à maintenir Nantes-Atlantique.

André Tameza (APO) a pris la parole pour commenter, en particulier, la rencontre avec Nicolas Hulot sur le quai de la gare d’Angers, le 7 juin 2017. Devant une délégation de Coceta, le ministre a avoué ignorer la présence d’une commune de 4000 hab au pied des pistes.

Photos et vidéo déjà largement diffusés sur les réseaux sociaux :

Le film de l’évènement , « La démocratie part en fumée » : https://vimeo.com/223763237