Retourner sa veste, une maladie pire que la COVID

Retourner sa veste, une maladie pire que la COVID

Le président de l’Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires (ACNUSA) Monsieur Gilles Leblanc a émis un avis défavorable au « Projet d’arrêté de restriction instaurant un couvre-feu visant à bannir les vols de nuit qu’il trouve trop flou ». Il explique : « On pourrait effectivement avoir des vols de nuit qui surviennent de manière discutable ».

Le problème c’est que l’ACNUSA est composée de dix membres nommés théoriquement en raison de leurs compétences dans les domaines économiques, juridiques ou techniques ou de leurs connaissances en matière d’environnement, de santé humaine ou de transport aérien. Sur les 10 membres, le président ainsi que les 7 autres membres sont nommés par décret du Président de la République. Les 2 derniers sont désignés respectivement par le président de l’Assemblée nationale et par le président du Sénat. Conclusion, tout comme le président Macron qui lors de sa visite à Nantes déclarait que l’allongement de la piste était abandonné et qui a retourné sa veste, l’ACNUSA (aux ordres) se rallie finalement aux textes de la Préfecture/DGAC, acceptant ainsi les causes de retard aux atterrissages de nuit et retourne, elle aussi, sa veste. Mais on a déjà connu ça avec la DGAC. La DGAC, le Président, maintenant l’ACNUSA, une valse à trois temps !!!!

Les commentaires sont clos.