La DGAC à l’écoute des survolés ?

La DGAC à l’écoute des survolés ?

C’était le lundi 28 octobre 2013, la DGAC remet à la Préfecture de Loire-Atlantique un rapport sur les nuisances aériennes.

 « Les résultats montrent clairement une forte augmentation des nuisances sonores et des populations impactées. Un avion toutes les deux minutes… Près de 80.000 habitants sont concernés à terme. Les avions survolent le centre de Nantes, à forte densité de population, à moins de 400 m de hauteur. Ils survolent aussi, à moins de 300 m d’altitude, le lac de Grandlieu, au sud, site exceptionnel classé en zone Natura 2000.

De nombreux terrains, situés en milieu urbain, proche des équipements et bien desservis seraient gelés, en totale contradiction avec les politiques de densification des villes et de lutte contre l’étalement urbain, dans une agglomération où la démographie est particulièrement dynamique », souligne encore la Direction générale de l’aviation civile.

« Cette étude confirme les avantages du transfert de l’activité aéroportuaire …»

Depuis 2013, les prévisions de trafic ont été dépassées et les nuisances se sont amplifiées.

La conclusion de l’étude de la DGAC s’impose encore davantage.

Actu.fr  –  Nantes-Atlantique : une étude sur les nuisances aériennes

Les commentaires sont clos.