Nouveaux risques pour les femmes enceintes à Nantes

Nouveaux risques pour les femmes enceintes à Nantes

La nouvelle trajectoire des avions sur l’agglomération va augmenter la pollution de l’air. Mais attention, il ne faut pas confondre la production de CO², délétère pour l’effet de serre, et les autres polluants. Les bulles de nos boissons gazeuses sont du CO², et ce gaz n’est dangereux pour l’homme qu’à une très forte concentration. Nous-même en produisons 800 gr par jour, et une vache 235 gr/jour, l’équivalent de 3 km en voiture. Il n’en reste pas moins vrai que tous les autres résidus de la combustion des réacteurs sont beaucoup plus dangereux pour l’homme, surtout les Particules Ultra Fines (PUF). Une étude publiée par The Lancet Respiratory Medecine, montre que l’exposition de la femme enceinte à l’air pollué et surtout aux PUF augmente le risque de donner naissance à des bébés de petits poids et avec un périmètre crânien réduit, avec un retard de croissance facteur de risques de surpoids à l’adolescence, (obésité ou de diabète) et cardio-vasculaire à l’âge adulte. Elle démontre que « Si les concentrations de particules fines étaient ramenées simplement à 10 microgrammes par mètre cube, 22 % des cas de nourrissons atteints pourraient être évités. Alors, surtout ne pas tout agglomérer dans « pollution », mais bien réaliser que l’autoroute aérienne au-dessus de Nantes est un vrai danger, reconnu, et à long terme.

OMS – Qualité de l’air ambiant et santé

ECO-CO2 : Gaz à effet de serre et alimentation

Les commentaires sont clos.