Attention à ne pas se tromper de cible

Attention à ne pas se tromper de cible

La justice reconnaît l’État Français fautif « dans son incapacité à lutter contre la pollution de l’air », elle trouve que la « France est responsable mais pas coupable » ! Se dédouaner en agitant le chiffon rouge de « l’avion-bashing » (relayé par les médias) n’est pas la solution.

Bien sûr, le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) qui découlent des activités humaines sont pointés du doigt, mais attention la vapeur d’eau (qui piège 3 fois plus de chaleur dans l’atmosphère terrestre) reste le principal gaz à effet de serre. De même l’aviation est stigmatisée alors qu’il y a beaucoup d’autres secteurs bien plus polluants et dont on ignore les effets. Il est tout à fait légitime de promouvoir la réduction, entre autres, du CO², mais attention à ne pas se tromper de cible. N’est-ce pas l’humain qu’il faut d’abord protéger ? L’aviation ne représente finalement qu’une part infinitésimale de la production mondiale de CO².

Bref, peu importe les chiffres qui sont toujours discutables suivant ce qu’ils prennent en considération, l’important est de ne pas se tromper de cible. L’aviation reste incontournable, ce sont ses nuisances qu’il faut déplacer et ne pas les laisser planer au-dessus de la ville. 

TA Paris, 4 juill. 2019, req. n° 1814405/4-3

Les commentaires sont clos.