Même les abeilles et les fleurs n’aiment pas le bruit

Même les abeilles et les fleurs n’aiment pas le bruit

Robbie CURLING, de l’Université de Southampton en Angleterre, vient de démontrer que les résidus de la combustion du pétrole masquent l’odeur des fleurs perturbant la pollinisation. Il a reproduit en laboratoire l’odeur de la fleur de colza et l’a mélangée avec de l’air plein de gaz d’échappement. Il s’avère que la détérioration des composés aromatiques floraux perturbe la pollinisation et empêche les abeilles de faire leur travail.

De même, le département de biologie moléculaire et d’écologie des plantes de l’Université de Tel-Aviv a montré que les plantes sont capables de percevoir les sons. En effet, « La concentration en sucre du nectar des fleurs augmente lorsqu’elles reconnaissent la fréquence des sons du bourdonnement ». Et lorsque qu’une plante est exposée à un son d’une fréquence plus forte que celle des pollinisateurs, la concentration en sucre de son nectar n’augmente pas. Selon les chercheurs « les plantes sont affectées par les sons, y compris ceux générés par l’homme ». Autrement dit, le bruit et la pollution nuisent à la capacité d’attirance des fleurs et des abeilles.

Et pour nous alors, est-ce que ça perturbe nos attirances ?

Les commentaires sont clos.