Un ultimatum de la député Aude AMADOU

Un ultimatum de la député Aude AMADOU

Aude Amadou, députée LREM dénonce et s’apprête à envoyer une lettre ouverte au président de la République. « Cela fait trois ans que nous sommes isolés. La Loire-Atlantique, qui a pourtant fortement voté Macron en 2017, est délaissée par l’État ». « Les mesures annoncées n’ont toujours pas été honorées c’est une souffrance pour les populations », « j’ai appelé tous les cabinets des ministères concernés ». Chaque fois, on me répond : « Ce n’est pas de notre ressort ». La députée alerte sur une : « Erreur démocratique », « Le dossier de Nantes-Atlantique est très technique, mais il peut vite devenir le révélateur d’une crise démocratique. Il y a trois ans, le gouvernement a donné raison aux zadistes, il s’est assis sur le référendum de 2017 qui validait le transfert de l’aéroport à NDDL à 55 %. En tant qu’élue de la majorité, j’ai dû porter ce choix, mais si les attentes des riverains ne sont pas traitées urgemment, je ne porterai pas de nouvelles erreurs démocratiques. »

De son côté, la DGAC affirme que « le cap est tenu », et que la mesure reste 11 millions de passagers par an à l’horizon 2040. Fin 2021, le concessionnaire qui mènera les travaux doit être désigné sachant que, « pour le futur concessionnaire, le retour sur investissement sera plus long ». Joël Sauvaget, président du Coceta prévient : « on ne peut pas lui demander de mettre 500 millions d’euros sur la table, sauf sur une concession sur cinquante ans, mais, ça, nous n’en voulons pas ! ».

Le Point – 31/1/2021 – Aéroport de Nantes, l’effet boomerang

Les commentaires sont clos.