L’ANSES parle du bruit

L’ANSES parle du bruit

L’ANSES, Agence Nationale de Sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail, divulgue une synthèse des connaissances publiées depuis 2012 sur les effets du bruit. Elle confirme le rôle du bruit aérien dans la survenue d’effets cardiovasculaires pour lesquels la causalité est clairement démontrée. Deux études ont recensé la relation entre exposition au bruit des transports et risque de cancer du sein (Hegewald et 2017 et Kvandova). Réalisées sur un panel de 471.596 femmes de plus de 40 ans résidant autour de l’aéroport de Francfort entre 2005 et 2010, elles recensent 6.643 cas de tumeurs au récepteur des œstrogènes négatif. Les auteurs avertissent que de nombreux facteurs de confusion n’ont pu être pris en considération dans ces travaux. Concernant l’altération du sommeil, au-delà d’avoir un effet néfaste sur la santé, il joue un rôle central dans la survenue d’autres conséquences délétères bien documentées par ailleurs. Comme la santé mentale, le bien-être, la qualité de vie, les effets cancérigènes, les démences, les effets sur la reproduction, sur la cognition, les effets métaboliques de type obésité et diabète, ou encore les effets sur le système respiratoire.

Mais alors comment expliquer que rien n’est fait pour éviter tous ces problèmes en conservant des aéroports urbains ? https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2020SA0053Ra.pdf

Les commentaires sont clos.