Trafic de septembre en chute libre. Mais demain ?

Trafic de septembre en chute libre. Mais demain ?

Le transport aérien fait partie de nos vies, mais il y occupe une place occasionnelle. Contrairement à l’automobile, nous ne pouvons pas dire que nos sociétés soient construites autour du transport aérien. Deux Français sur trois prennent l’avion moins d’une fois par an. Pourtant, il s’agit d’un secteur en partie responsable de notre empreinte carbone et de nuisances intolérables. Même si en tant que riverains nous nous réjouissons du calme actuel, (voir les courbes), les acteurs du secteur envisagent un panel de solutions qui permet de réduire le CO² et les nuisances. Si les améliorations techniques sont indispensables, elles ne permettront pas de limiter les nuisances pour les riverains proches d’un aéroport. Seule, une politique d’implantation aéroportuaire hors des zones urbaine est la solution. Cela n’empêche pas de faire le voyage de sa vie, de retrouver sa famille, de s’expatrier ou d’assurer quelques fonctions indispensables, mais cela remet fortement en cause l’utilisation de structures anciennes, plus du tout adaptées à une aviation moderne et écologique. Le tout, indépendamment du fait que les avis restent très partagés sur l’évolution du transport aérien de demain. Bien malin celui qui actuellement est capable de le prévoir avec certitude.

Les commentaires sont clos.