Le lac de Grand-Lieu menacé.

Le lac de Grand-Lieu menacé.

Le lac de Grand-Lieu fête ses 40 ans cet automne. Pour rappel, le plus grand lac de plaine de France, s’étend sur 6.500 ha, dont 2.700 ha classés en réserve naturelle nationale, abrite 270 espèces d’oiseaux et une végétation jugée « remarquable » assurant une protection stricte des espèces qui y trouvent refuge. Proche de l’aéroport et, outre les menaces connues, de nouveaux venus inquiètent les responsables. Le lac (ainsi que le parc naturel régional de Brière) est confronté à une prolifération d’écrevisses de Louisiane, une espèce invasive qui menace l’écosystème. Elles sont arrivées à Grand-Lieu à la fin des années 1990, après s’être échappées d’un centre d’élevage, et leur multiplication avait été freinée par de mauvaises conditions climatiques. Mais, cette année, il y a eu une montée précoce de l’eau, un hiver doux, et voilà que la population d’écrevisses a explosé. Capable de pondre des centaines d’œufs, l’écrevisse de Louisiane prend la place des variétés locales et s’attaque aux herbiers aquatiques, base de son alimentation mais aussi lieux de frayère pour les poissons et d’habitat pour les insectes. Impuissants face à ce fléau, les responsables proposent une (des) solution qui pourrait être d’autoriser la commercialisation du crustacé nuisible, qui se trouve être comestible.

Selon les pêcheurs et riverains, qui les aperçoivent parfois égarés à plusieurs centaines de mètres du lac, ces crustacés exotiques n’ont jamais été aussi nombreux qu’en 2020.

Les commentaires sont clos.