Un Airbus à hydrogène en 2035

Un Airbus à hydrogène en 2035

C’est le projet dévoilé par Airbus il y a quelques jours. La mise en service d’un avion commercial à hydrogène « zéro émission » (de l’eau) en 2035. Une solution écologiquement intéressante en automobile, mais la question se pose un peu différemment dans les airs, car la vapeur d’eau est un « gaz à effet de serre ». Il est vrai que, malgré les innombrables avantages, ne serait-ce que le haut rendement énergétique et l’absence de nuisance sonore, un certain nombre de problèmes sont évidemment encore à résoudre. Pour propulser un A320 dans les airs, il faut mobiliser une puissance de l’ordre 20 MW (26.820 Chevaux). C’est une puissance gigantesque. Sans compter qu’il faut gérer de l’énergie à -250 °C. Il faut rappeler que l’hydrogène alimente une pile à combustible qui, elle fournit l’électricité. On parle donc bien d’un avion électrique. Alors dans un premier temps faut-il de l’hybride ?

Malgré toutes ces difficultés, l’expérience doit être menée. Se débarrasser de la molécule carbone, c’est forcément une bonne idée. Et il n’y a pas que le CO2.

Avant la crise sanitaire, la progression du transport aérien était de 5 % par an alors que le gain technologique sur les consommations ne dépassait pas les 1,5 % par an. Nous avons bien besoin de solutions en rupture et ce projet « hydrogène » est enthousiasmant. Utiliser un carburant vert bouleverserait toutes les données, à condition qu’il soit produit par des énergies sans dégagement de CO2 (nucléaire, hydroélectrique, solaire, éolien).

Futura Sciences :

Les commentaires sont clos.