news 26/7/2020

news 26/7/2020

Réaction de JC Lemasson suite au rejet du recours sur catégorie A de Nantes-Atlantique

Le rejet par le Conseil d’État de la requête déposée en avril 2019 par la commune de Saint Aignan de Grand Lieu, demandant l’annulation du décret du 4 octobre 2018 classant Nantes Atlantique en catégorie A, n’a pas vraiment étonné Jean-Claude Lemasson. À travers sa requête, la commune visait deux objectifs : obtenir un couvre-feu limitant les vols de nuit et empêcher les survols à basse altitude du bourg, situé en bout de piste. Le classement en catégorie A permet d’autoriser les vols 24 heures sur 24 et les avions long-courriers qui, à l’atterrissage, survolent le bourg à 90 m d’altitude, souligne Jean-Claude Lemasson. Mais la commune a d’autres fers au feu. Elle a déposé un autre recours, cette fois devant la Commission européenne, afin que celle-ci oblige l’État français à mettre en place un plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) à Nantes-Atlantique. Mais l’État, qui avait promis de le mettre en place fin 2019, continue de faire traîner les choses.

Enfin, Saint-Aignan a déposé un autre recours devant le tribunal administratif pour dénoncer le non-respect de la Loi sur l’eau de 1992 pour tous les travaux réalisés autour de l’aéroport (taxiway, parkings, etc.) depuis cette date. Là encore, l’État cherche à décaler l’état initial en vue du prochain contrat de concession. Ce qui n’est du tout entendable sur le plan environnemental, poursuit le maire, en rappelant que l’aéroport se situe sur le bassin versant de Grand Lieu, classé réserve naturelle nationale.

Presse Océan – Xavier Boussion – Publié le 24/07/2020.

Les commentaires sont clos.