NON À LA VICTOIRE DES ZADISTES SUR LA DÉMOCRATIE

NON À LA VICTOIRE DES ZADISTES SUR LA DÉMOCRATIE

En lançant cette pétition, nous savons que nous mettons nos vies, et celles de notre famille, en danger. Menaces de mort entachées de rouge dans nos boîtes aux lettres, passage à tabac au détour d’une rue par des Zadistes en colère, saccage de nos maisons ou de nos commerces, voilà ce qui nous attend en prenant cette plume virtuelle aujourd’hui.

Mais il n’est plus possible que les Nantais se taisent et que le reste de la France ignore. Il est odieux que les médias continuent de dépeindre ce tableau d’une ZAD idéaliste et bucolique si loin de notre quotidien. Il n’est pas admissible que les journalistes qui ont cherché à dénoncer la situation soient également réduits au silence. Il est impensable que le pouvoir politique cède à cette nouvelle forme de terrorisme écologique. De toute la force de notre révolte, nous voulons faire éclater la vérité et mettre fin à ce que nous pouvons appeler :

NOTRE DRAME DES LANDES

Non les zadistes ne peuvent pas installer la TERREUR À NANTES en toute impunité

Gendarmerie attaquée, voiture de gendarmerie brûlée, routes départementales coupées, vigile roué de coups, juge « caillassé » et contraint de rebrousser chemin, chercheurs molestés, partisans du projet intimidés par des menaces, commerçants vandalisés… plus de 200 faits de violences ont été ainsi recensés par la police sans que l’État ne fasse rétablir l’ordre public et son autorité. La vérité est que, par peur d’un drame comme à Sievens, les forces de l’ordre sont paralysées et Nantes terrorisée.

Non les zadistes ne peuvent pas OCCUPER ILLÉGALEMENT des terres

Des zadistes ouvrant des propriétés expropriées à l’aide de pieds de biche et de tournevis, des agriculteurs qui continuent à occuper la terre alors que leurs parents ont touché le généreux fruit de la vente de leur terre… Les reportages du magazine Enquête Exclusive, où l’on voit les journalistes s’infiltrer dans la ZAD sont édifiants. La vérité est que la ZAD est moins une terre de doux rêveurs qu’une « zone d’anarchie et de délabrement ».

SIGNEZ LA PÉTITION

Non les zadistes ne peuvent pas BAFOUER 178 DÉCISIONS DE JUSTICE ET 55% DE OUI AU RÉFÉRENDUM

Après épuisement de tous les recours en France et en Europe, tous favorables au transfert de l’aéroport actuel vers NDDL, les zadistes s’attendaient à ce que le référendum leur apporte le soutien des populations. Quand le peuple a largement (55%) et avec une participation exceptionnelle (500 000 votants), parlé en faveur du nouvel aéroport, les opposants ont alors décrié la méthode. La vérité est qu’aucun projet d’infrastructure n’a été à ce point étudié, analysé, expertisé et concerté, et de surcroît couronné d’un vote démocratique.

Non les zadistes ne peuvent pas imposer des études sur les hérons et IGNORER LES IMPACTS SANITAIRES POUR NOS ENFANTS du maintien de l’aéroport actuel, déjà saturé.

Des zadistes qui brandissent la menace à l’égard d’une faune et une flore qui seront de toute façon déplacées, qui exigent et obtiennent toutes les études environnementales qu’ils souhaitent. Pendant ce temps, les demandes d’étude épidémiologique pour mesurer l’impact de l’aéroport actuel sur le taux d’hospitalisation des riverains sont restées lettre morte. La population s’inquiète d’un doublement des fréquences d’avions qui survolent le centre-ville, quand en heure de pointe, les engins s’enchaînent déjà toutes les 3 minutes… La vérité est que personne n’ose mesurer l’effet à long terme sur la santé des 80 000 habitants qui vivront à côté de l’actuel aéroport si celui-ci devait être maintenu.

Françaises et Français, aidez-nous à ce que les zadistes ne gagnent pas face à la démocratie.

M. Le Président de la République, M. Nicolas Hulot, faites respecter l’État de droit.

SIGNEZ LA PÉTITION 

Soutenez nos actions, faites un don sur notre cagnotte ! Ces dons serviront à financer les banderoles, flyers et toute autre action en ligne. Pour une transparence totale, nous vous tiendrons informés de ces dépenses.


Les commentaires sont clos.